ACTUALITÉS ÉCONOMIQUES

Usin’up Académy, une école d’usinage pour la rentrée 2022

Mené par Patrick Lambert, ancien cadre RH de GKN DRIVELINE aujourd’hui président de la commission de validation des CQPM pour la métallurgie en Sarthe, et Florian Sallard, dirigeant de l’entreprise Usinage Formations, et entourés de partenaires, le projet d’école d’usinage se précise pour une ouverture à la rentrée scolaire 2022.

logo école de production Ce projet est né tout d’abord en réponse à un fort besoin en recrutement des entreprises locales détecté par une enquête ORCI. Celle-ci indiquait que 200 emplois étaient à pourvoir en Sarthe dans les prochains mois (2/3 de postes en conduite de ligne et 1/3 pour des tourneurs-fraiseurs).

Parallèlement à ce constat, le projet répond à une seconde problématique : la part de jeunes sortis du système scolaire sans qualification et dénués d’une compétence métier sur le marché de l’emploi.

« L’idée est de former environ 12 premiers élèves à partir de 15 ans sur un cycle de trois années, réparties en deux années de CAP et d’une troisième année de spécialisation ou de passerelle vers un Bac proLa grande majorité des cours se réalisent en atelier avec un accompagnement personnalisé de chaque jeune » indique Florian Sallard. « Ce type d’école représente une 3ème possibilité de formation qui n’est ni générale ni de l’apprentissage et qui place le principe du « faire pour apprendre » au cœur du programme. On retrouve cet esprit-là dans toutes les écoles de production » souligne le Président Patrick Lambert. « Ancien actif dans l’industrie locale, j’ai vu le manque de main d’œuvre qualifiée pour les postes en usinage ; il y a toujours des besoins non satisfaits ».

Ce projet est piloté en adéquation avec l’adhésion à la FNEP qui doit valider le respect des fondamentaux à respecter pour monter une école de production.

Il est aujourd’hui soutenu par la région Pays de la Loire, l’UIMM, la Mission locale, l’entreprise FIHT, revendeur des machines HAAS, la Fab Academy du pôle de UIMM (centre de formation des apprentis de l’industrie) par Usinage Formations (organisme de formation continue) et par également six entreprises industrielles : Geslin, PMA, Le Pratique, HOWMET, Chastagner et Souriau.

« Le CAP proposé est un CAP CIP (conducteur d’installation de production), qui pourra déboucher sur des postes d’usineur » indique Florian Sallard.

L’AG constitutive qui a eu lieu le 24 novembre a élu Patrick Lambert comme Président de USIN’UP ACADEMY. Le bureau a déposé différents dossiers pour aider à financer le projet. Celui-ci a obtenu le 3 décembre un financement de 50 000 € de la Banque des territoires pour l’avant-projet. Une autre requête a été déposée auprès de la BPI pour financer les investissements dont le matériel nécessaire à l’école d’un montant de 1 377 000 €.

« Mi-janvier nous allons présenter notre demande de pré-labellisation « école de production » et nous aurons la réponse définitive du comité de labellisation en février. De mars à juin nous mettrons tout en œuvre pour préparer et finaliser l’ouverture en septembre 2022. Nous allons notamment recruter un directeur ou une directrice » détaille le président Patrick Lambert. « La Mission locale sera un des prescripteurs pour accompagner certains des jeunes. Elle sera également un relai pour nous aider à promouvoir et informer sur cette voie dans les collèges en sortie de 3ème et les CIO ».

Le « faire pour apprendre » nécessite davantage de matériel et d’espace qu’une simple salle de classe. Florian Sallard précise « 2/3 du temps de formations se déroulera en atelier ; 1/3 des cours restants sont standards et relèvent de l’enseignement général. Des cours en bureaux mobiles pourraient être installés au sein de l’atelier plutôt que d’être dispensés dans une salle classique ; il est important de s’écarter des codes du système scolaire classique, d’en inventer de nouveaux pour ce public refroidi par l’enseignement traditionnel et ses cours magistraux !».

Côté équipement, l’équipe en place n’exclut pas d’accueillir des machines d’occasion sous forme de don ou de mécénat, ou même pour le lieu où s’installera l’école. « Nous avons besoin d’un atelier dédié à la l’école de production ; il ne sera pas envisageable de partager l’accès aux machines-outils ». Ceci est d’autant plus incontournable que l’école doit s’appuyer sur le savoir-faire des élèves pour autofinancer une partie de son fonctionnement. « C’est une autre particularité forte des écoles de production. La mise en situation des élèves va de la production jusqu’à la vente finale des productions réalisées. Nous devons pouvoir assumer le tiers de nos besoins. Cette notion de résultat est importante car elle change du format de notation classique ; ici les notes sont remplacées par la satisfaction client par le délai de fabrication et la qualité du produit ».

Contact jeunes et entreprises : usinup.academy@gmail.com

 

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp