ACTUALITÉS ÉCONOMIQUES

Leblanc Illumination, pionnier des Illuminations festives RSE

L’entreprise mancelle Leblanc Illumination termine sa saison 2021 en fanfare. Entre innovations produits, hausse des commandes clients et hausse des coûts de matière, l’entreprise a assuré sur tous les plans pour réussir à satisfaire ses clients du monde entier. Le directeur Développement Eric Frély revient sur cette année 2021 et les futures.

L’entreprise mancelle Leblanc Illumination termine sa saison 2021 en fanfare. Entre innovations produits, hausse des commandes clients et hausse des coûts de matière, l’entreprise a assuré sur tous les plans pour réussir à satisfaire ses clients du monde entier.

Leblanc illuminationLe Directeur Développement Eric Frély revient sur cette année 2021 et les futures.

« Notre gros investissement 2021 est l’achat d’une imprimante 3D. Celle-ci nous permet de produire les structures de nos modèles d’illumination avec moins d’aluminium, et de libérer la créativité de nos designers tant dans les formes que dans les couleurs ! C’est une révolution dans le monde de l’illumination ; nous ne sommes pas les premiers à nous en servir mais nous sommes ceux qui les appliquons le plus dans nos produits. 3 autres machines sont commandées et devraient arriver début 2022. C’est pour nos équipes la grande actualité dans l’entreprise. Commercialement cela nous permet de proposer des solutions « durables » à nos clients puisque la matière utilisée par cette imprimante est une matière biosourcée en circuit court, ou du polypropylène recyclé à base de produits électroménagers. Nos premiers clients équipés avec cette matière sont les villes de Laval, Bordeaux et Besançon pour l’horlogerie ».

L’entreprise est labellisée Iso et RSE 26000.

Comment cela s’applique t-il dans vos métiers ?

« Nous sommes les seuls dans le monde de l’illumination à être labellisés RSE (niveau « argent »). La RSE se concrétise à travers nos choix de matières premières utilisées dans la fabrication de nos décors, nous donnons également une 2ème vie à nos produits puisque la location représente 50% de notre CA, nous achetons en circuit court, nous reconditionnons nos produits notamment lors de la grande braderie où nous vendons jusqu’à 4 000 guirlandes déjà utilisées, et enfin, nous refondons la matière des décors démodés pour la réinjecter dans les nouveaux modèles. Nous ambitionnons d’ailleurs de devenir leader mondial de l’illumination responsable. Nous prévoyons entre autre de supprimer tous les plastiques à usage uniques de nos processus industriels »

L’entreprise est connue pour son site manceau. Nous connaissons moins votre dimension internationale.

Comment se structure la présence internationale de Leblanc Illuminations ?

« Pour notre fonctionnement nous avons 3 sites de production : un au Mans qui est également le siège de l’entreprise. 130 personnes y travaillent et nous comptons jusqu’à 180 personnes avec les intérimaires en période de forte activité. Le site manceau s’occupe de la maintenance des 10 000 décors de nos clients français, de la conception des nouveaux modèles et de la fabrication des décors sur-mesure à l’atelier. Le site basé en Roumanie qui emploie 90 personnes fabrique nos produits standards en grande série. Nous avons un autre site au Mexique composé de 20 salariés pour la fabrication destinée au continent américain. Nous disposons également de 30 000 m² de stockage répartis aujourd’hui sur 4 sites pour faciliter le circuit court de nos clients qui commandent des décors en location. Nous manquons d’ailleurs toujours de place et sommes friands de solutions d’entreposage !

Coté activité, le groupe progresse de 5 à 10% chaque année et devrait atteindre quasi 15% de croissance de CA cette année. Comment vous positionnez-vous et comment se répartissent vos ventes ?

« Le marché de l’export qui représente 40% est en progression constante. Le principal client est les Etats-Unis, l’Angleterre et le Canada où le groupe dispose d’une filiale. Nous sommes parmi les leaders français sur le marché des grandes et moyennes collectivités où nous assurons environ 40% des transactions. Nous sommes assez fiers de pouvoir le dire, c’est que 100% de toutes les communes françaises ont déjà utilisé et installé un de nos produits. Tout simplement parce que Leblanc Illumination s’appuie sur la marque Chromex qui était avant son rachat sous-traitant des concurrents actuels. Nous nous adressons également à des marchés privés comme la grande distribution, les parcs d’attraction, des marques du luxe ou encore de l’hôtellerie de plein air.

Vous avez également développé la vente en ligne avec le site light me up. Des évolutions sont-elles prévues ?

« Oui ce site e-commerce est aujourd’hui destiné aux ventes vers les particuliers. Nous avons en projet de le remodeler en 2022 de le renommer avec la marque Chromex et de l’ouvrir aux commandes B2B standard ».

L’innovation fait partie des exigences de ce marché. Y a t-il d’autres innovations sur lesquelles vous travaillez ?

« Bien sûr, Leblanc se doit de proposer à ses clients l’illumination de demain ! C’est ce que nous avons fait en lançant des produits équipés de la technology Twinkly. Nous avons l’exclusivité sur le marché français. Cette technologie permet de gérer les changements de couleurs selon des motifs proposés par l’application. Nos clients peuvent avec cette solution programmer et modifier les couleurs de chacune des leds de leur produit. Nous avons par exemple installé cette technologie sur des bâtiments de Cannes, Pau et Carcassonne. En quelques clics les 100 000 points de lumière peuvent chacun varier à la demande.

La fin d’année a été très dense pour votre activité. Comment avez-vous vécu les perturbations industrielles mondiales ?

« L’entreprise a en effet dû absorber des hausses de coûts de revient tout en minimisant son impact sur les prix clients. Le prix de l’aluminium a en effet grimper de 50% en 6 mois, la rareté des matières a entrainé des allongements de délai de 2 mois à 6 mois de livraison, et le coût du transport pour assurer nos exportations a également augmenté de près de 20%. Cela étant, nous avons réussi grâce à l’énergie collective de ne répercuter que 5% sur nos prix de vente. La charge de travail est toujours plus importante en fin d’année mais 2021 a été exceptionnellement dense. C’est la première fois que les services logistique et production ont dû tourner en 3 huit avec un fonctionnement 24h/24 6 jours sur 7 ».

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp