Agence de développement économique Le Mans Métropole
Salon Parcours France : Ces parisiens qui aiment Le Mans – Geoffroy Lefort
Salon Parcours France : Ces parisiens qui aiment Le Mans – Geoffroy Lefort

Gérant
Visual 2 Explain

” POUVEZ-VOUS VOUS PRÉSENTER ET NOUS DIRE QUELLE ACTIVITÉ VOUS FAISIEZ SUR PARIS ? Je suis Geoffroy Lefort, j’ai 41 ans et 3 enfants. Je suis diplômé d’une Maîtrise d’Histoire contemporaine et d’un master de communication. J’ai exercé pendant près ... [ En savoir + ]

Haut | Mentions légales | Politique de confidentialité
Babaweb

SOCAMAINE DEVOILE SES PROJETS – interview de son Président Jean-François HUET

Capture huet
Jean-François HUET,
Président de Socamaine,
centrale d’achat et d’approvisionnement régionale des magasins E.Leclerc.

 

Pouvez-vous nous résumer en quelques chiffres l’activité de Socamaine ?

Socamaine est l’une des 16 centrales d’achat Leclerc en France. Créée en 1976 et composée de 35 adhérents, la coopérative alimente aujourd’hui 39 hypermarchés et 50 drive dans 9 départements. Cela représente plus de 63 millions de colis et 1.5 million de palettes à l’année.

L’entreprise s’appuie sur 367 collaborateurs dont 310 en logistique et réalise un CA annuel de 1.2 milliard d’€. Je préside Socamaine, Phillipe LUTTON est le Délégué Général et Geoffroy RIVET dirige l’établissement.

 

Vous menez actuellement de vastes travaux le long de la Nationale 23. Quels sont vos projets et pour quelles raisons ?

Nous disposons actuellement de 3 sites situés à Champagné : Socamaine 1 pour les produits frais, Socamaine 2 pour les produits surgelés et les promotions, et Socamaine 3 pour les produits secs du type épicerie, liquides et produits d’entretien. Construit en 2007 Socamaine 3 devait suffire à stocker nos volumes pendant les 20 prochaines années, mais le fort développement des drive et la bonne performance de nos hypermarchés ont augmenté les volumes de 50% en 9 ans !

Pour faire face à cette rapide augmentation de l’activité nous avons eu recours au travail de nuit, nous avons dû externaliser une partie de notre activité, et mettre de côté d’autres projets logistiques.

Il nous fallait donc trouver une solution pouvant regrouper 12 000 m² de produits frais actuels, et stocker 35 000 palettes de produits secs supplémentaires.
2 nouveaux bâtiments sont donc en construction depuis début 2016 sur Socamaine 3, dont la fin de chantier est prévue pour mi-2018.

Un entrepôt de grande hauteur (42 m de haut) servira au stockage des 35 000 palettes de produits secs et sera relié au bâtiment existant par une galerie équipée d’un convoyeur de palettes. Un processus mécanisé de préparation de commandes gèrera en priorité les charges lourdes et les gros volumes ; les 50% restant seront gérés en mode conventionnel. L’entreprise n’ayant pas le foncier nécessaire, le choix a été pris de faire du stockage de masse en hauteur.

Un autre bâtiment non mécanisé accueillera les 12 000 m² de produits frais.

Socamaine 1 continuera son activité « produits frais » et Socamaine 2 sera dédié au surgelé et aux produits non alimentaires.

Ce choix nous a également permis d’améliorer notre plan de prévention pour la pénibilité, l’objectif étant de moins solliciter les organismes et répondre ainsi, dans le temps, à la problématique de l’allongement des carrières.

Le choix de rester à Champagné était-il évident ?

La situation logistique de Champagné est un réel atout pour notre entreprise qui accueille chaque semaine près de 750 camions à destination du Grand Ouest et en limite du 20161103_115712bassin parisien. Qui plus est l’attractivité du foncier apporte de l’oxygène à nos réflexions stratégiques. Notre choix n°1 était donc de privilégier ce site historique.

Le projet a reçu dès le début le soutien de l’ensemble des élus, dont Le Mans Métropole. Tous se sont investis pour faciliter sa concrétisation, et lui permettre de conserver l’activité sur le site de Champagné.
Les élus ont vraiment eu une oreille attentive à nos problématiques. Le choix qu’a fait Socamaine d’investir 66 millions d’euros dans ce projet, est d’une part sans répercussion pour le contribuable, et permettra d’autre part de créer et pérenniser une soixantaine d’emplois d’ici 2018 sur place, dont 16 sont déjà à pourvoir dans le domaine de la maintenance. L’ancrage sur la durée est capital pour nous ; c’est une forme de sécurité qu’on peut apporter au territoire.

Concernant les acteurs qui œuvrent sur l’appel d’offre, 2 ans de sourcing ont été nécessaires pour bien définir les spécificités techniques.

Pour la partie automatisme, nous travaillons avec la société hollandaise Vanderlande Industrie, experte sur ce niveau de process. Cet énorme chantier fait aussi travailler des entreprises locales comme les sociétés Heulin, HRC, Barbé Devaux, Thermo Réfrigération etc.

Publié le 22 novembre 2016

Notre site utilise des cookies afin de nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En cliquant sur le bouton "J'accepte" ou en poursuivant la visite vous acceptez l'utilisation de ces cookies

Consultez notre politique de confidentialité pour plus de détails.