Agence de développement économique Le Mans Métropole
Stéphane BREDEL
Stéphane BREDEL

Directeur d'exploitation
SUCO VSE

Votre entreprise a fait le choix de quitter Créteil pour venir au Mans ?  » J’avais pour mission de trouver un lieu qui puisse satisfaire plusieurs critères : une région industrielle, un bon réseau d’infrastructures pour le négoce car nous recevons beaucoup ... [ En savoir + ]

Haut | Mentions légales | Politique de confidentialité
Babaweb

INTERVIEW DU MOIS :  Laurent Palmier, PDG de Sécuritest , filiale du groupe SGS

Laurent PALMIER,
PDG – Sécuritest  (filiale du groupe SGS)

SGS, représenté au Mans par les 60 salariés de ses filiales Sécuritest, ACO-Sécurité et Auto-sécurité, rapatrie le service support RH (contrats) du groupe SGS France, de Paris vers le site manceau. Sécuritest, une entreprise fortement ancrée dans l’histoire locale et les mobilités.

 

 

Aujourd’hui, le groupe SGS amplifie sa présence locale, en décidant de rapatrier au Mans son équipe support RH, transversale aux autres branches du siège SGS France, puisqu’elle gère les contrats des 3000 salariés du groupe en France. Laurent Palmier précise « Le site d’Arcueil (région parisienne) devenait trop étroit et nécessitait une stabilité plus constante au niveau du turnover des équipes. Venir au Mans est apparu comme une solution pour répondre à ces 2 problématiques d’espace et de fidélité ». Une dizaine de postes compléteront donc l’effectif manceau. Un signe fort démontrant l’attractivité du territoire pour sa proximité parisienne et le reconnaissance de sa forte expertise automobile.

Historiquement le contrôle technique a été créé dans les années 50 par les automobiles clubs. En 1956, l’Automobile Club de l’Ouest du Mans passe la vitesse supérieure en lançant le contrôle technique itinérant pour apporter le service aux conducteurs. Le premier centre fixe a été créé à Châtellerault en 1971 par l’ACO, qui a ensuite développé son réseau de 40 centres dans l’Ouest.

« Pour la petite histoire, le président de l’ACO était également PDG des Mutuelles du Mans Assurances. Suite à l’annonce de la mise en place du contrôle technique obligatoire, l’ACO et l’Apave créent le réseau de centres de contrôle « ACO Sécurité » pour y développer les centres. Face à l’absence du texte de loi tant attendu, certains centres ferment et la société « Société Nouvelle ACO Sécurité » est créée en 1988, toujours détenue à 100% par Les Mutuelles du Mans Assurances. La société ACO Sécurité fête d’ailleurs ses 30 ans cette semaine ! Le fameux texte de loi est finalement sorti le 18 juin 1991, pour une mise en vigueur au 1er janvier 1992. Entre ces 2 périodes, il a été décidé de déléguer la gestion des contrôles techniques aux réseaux. « Sécuritest » est créé en 1991, pour mettre en place un réseau de centres de contrôle affiliés. De 1991 à 2004, les Mutuelles du Mans pilotaient donc le réseau des centres ACO Sécurité (agences) et Sécuritest (affiliés). MMA a finalement vendu sa branche contrôle technique en 2004 au groupe international SGS, n°1 mondial dans le contrôle, l’analyse et la certification, lui concédant ainsi ses 2 filiales. Le président des Mutuelles du Mans Assurances, également président de MAAF, a vendu en 2005 son activité contrôle technique « Auto Sécurité » ».

Le site SGS du Mans regroupe :

Les 2 réseaux de contrôle technique du groupe SGS France :
+ Sécuritest, présidé par Laurent PALMIER,
+ Auto Sécurité, présidé par Sébastien DANVEL ;
+ la direction des 60 centres ACO Sécurité ;
+ les services administratifs opérationnels : technique, formation, qualité, comptabilité, marketing et communication.

 

« Ensemble, Sécuritest et Auto Sécurité représentent 32% des parts de marché en France. Nos près de 2000 centres emploient 3700 contrôleurs et contrôlent 8 millions de véhicules par an».

Le site manceau abrite également une entreprise d’homologation des véhicules, FVH, une autre filiale de SGS Automotive.

« Localement nous sommes impliqués dans la création du réseau Le Mans Tech. L’idée est d’utiliser et de capitaliser sur la puissance du groupe mondial SGS, pour faire rayonner et accompagner les sujets des startups locales. Historiquement SGS a également été partenaire de la parade des pilotes, du Classic Grand Tour et entame un partenariat avec la ligue de hand. Nous entretenons évidement encore des liens avec les équipes de l’ACO ».

L’activité de contrôle technique est très réglementée. Chaque réseau fait l’objet d’un agrément ministériel, chaque centre doit obtenir un agrément préfectoral, et enfin chaque contrôleur doit posséder un agrément personnel. 25% des centres sont audités par les DREAL chaque année.

Laurent Palmier souligne « Notre souhait est de changer notre image : les centres de contrôle ne sont pas des percepteurs ; nous délivrons un procès-verbal de contrôle technique dans un souci de protection 

de la santé des usagers. Notre rôle est de faire un constat ; nous avons interdiction de préconiser des remises en état ou d’orienter vers des prestataires ».

Aujourd’hui notre choix est d’axer davantage notre communication vers le public féminin, plus précautionneux vis-à-vis des exigences liées à la sécurité. Nous développons également les actions de RSE, notamment une grande opération avec Octobre Rose. Nous sommes dans la protection via la prévention. Nous avons trouvé, avec Octobre Rose, qui agit pour le dépistage du cancer du sein, des atomes crochus. Aujourd’hui, SGS France a souhaité s’emparer de notre action pour porter ce message, et une demande du groupe mondial pourrait déboucher sur un partenariat international pour soutenir cette cause. Une affiche d’incitation au dépistage du cancer du sein dans nos centres, c’est peut-être 1 dépistage de plus par centre déclenché, et peut-être 10 cancers du sein détectés à temps. Nous avons la chance que les contrôles techn

iques soient obligatoires et cela permet de sauver des vies. Il n’est pas encore de même pour le cancer du sein ; la détection est incitée mais pas encore obligatoire ».

Cette politique RSE s’inscrit dans une philosophie RH mettant en avant l’importance de proposer aux salariés et futures générations de salariés des plans personnels, plus que des plans de carrière. Se retrouver dans une cause portée sur son lieu de travail peut apporter plus de sens que d’autres apports en nature ou financiers.

 

Les enjeux de demain ?

« Former nos contrôleurs pour qu’ils deviennent nos affiliés de demain. Nous avons le devoir d’anticiper les transmissions des centres de contrôle. Nous avons au Mans un lycée qui forme des contrôleurs techniques et notre entreprise a également un centre de formation sur place. Pour identifier et attirer nos futurs contrôleurs, nous venons de constituer un kit de communication destiné notamment aux élèves de 3ème. Nous sommes contraints de nous y prendre au début de la chaîne car c’est là que tout se joue pour notre avenir. C’est un sujet préoccupant dont il faut nous saisir dès maintenant.

L’autre enjeu est celui de l’environnement. Nous constatons que notre métier évolue vers un contrôle de plus en plus environnemental. Nous sommes pour une évolution non brutale et douce. Chaque évolution implique un investissement de la part des centres, qui se répercute parfois sur le tarif.

Notre métier accompagne la sécurité routière depuis 25 ans, il accompagne de plus en plus la transition écologique ».

 

>> Contact : securitest.fr

 

 

Publié le 15 novembre 2018

Notre site utilise des cookies afin de nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En cliquant sur le bouton "J'accepte" ou en poursuivant la visite vous acceptez l'utilisation de ces cookies

Consultez notre politique de confidentialité pour plus de détails.