Agence de développement économique Le Mans Métropole
Benoît HOVINE
Benoît HOVINE

Directeur des exploitations
ICARE

Le choix du Mans c’était quoi ? La tradition automobile par rapport à votre activité ? ” Tout à fait, il y avait trois critères déterminants : la proximité de Paris qui était essentielle pour nous puisque le siège restait à Boulogne ... [ En savoir + ]

Haut | Mentions légales | Politique de confidentialité
Babaweb

CLAAS Tractor : N°3 en part de marché en France,  8% de part de marché en Europe, N°1 en Russie !

Pierre GRONDIN,
Directeur Général Industriel CLAAS TRACTOR 

PG

CLAAS

 

 

 

 

 

CLAAS Tractor fait partie des fleurons industriels de la Métropole. La branche française du groupe allemand compte aujourd’hui 1000 salariés en France, répartis sur 4 sites : R&D à Vélizy Villacoublay (280 salariés), un centre de formation à Evreux (20 salariés), un centre d’essais et validation à Trangé dans la Sarthe depuis 2012 (50) et une usine au Mans (650), soit 700 salariés dans la Métropole du Mans. En moyenne, le site manceau produit 10 000 tracteurs/an de catégorie premium allant de 75 à plus de 400 chevaux et exporte 70 % de sa production (contre 30 % en 2003).

 

Le groupe CLAAS TRACTOR vient de publier ses résultats d’activité 2016, pouvez-vous nous en dire quelques mots ?

Malgré la faiblesse persistante des marchés, les résultats de CLAAS restent solides en 2016. Le chiffre d’affaire du groupe a légèrement baissé pour atteindre 3.63 milliards d’€, et le résultat avant impôts est de 93 millions d’€. Pour résister à cette crise du marché qui dure, nous appliquons notre programme d’efficacité et nous investissons dans le passage à l’ère numérique et dans l’internationalisation de CLAAS. En une décennie, les investissements en Recherche & Développement ont plus que doublé et ont atteint leur sommet en 2016. Chez CLAAS, 1 employé sur 2 travaille en Recherche et Développement.

 

Investir est-il votre leitmotiv pour surmonter les nouveaux enjeux économiques ?

Avec la crise des marchés agricoles notre cœur de marché (France, Allemagne – Europe de l’Ouest en général) est au plus bas : une baisse de marché de l’ordre de 9 % est annoncée pour Europe de l’Ouest, et de 34 % pour la France en 2017 (par rapport à 2016). Si vous nous aviez interrogés à l’automne dernier, nous aurions partagé un peu de notre inquiétude quant à maintenir le site en pleine activité avec le personnel en CDI. Depuis, nous avons eu de bonnes nouvelles des marchés Grand Export (Russie, Ouzbekistan, Turkménistan…) : notre accord d’adaptation du temps de travail signé fin 2014 est un outil très efficace pour répondre et obtenir les appels d’offres sur les marchés publics comme l’Ouzbekistan. Produisant 36 tracteurs/jour actuellement, nous envisageons grâce à ce nouveau marché de remonter au printemps à un niveau de production de l’ordre de 50 tracteurs/jour jusqu’aux vacances d’août.

Pour faire évoluer la gamme et répondre aux besoins des clients et aux nouvelles règles liées à l’homologation, l’entreprise a lancé un plan « nouveaux produits » très ambitieux : 20 projets à gérer en parallèle. Conséquence : un niveau d’investissement 2017 en R&D jamais atteint chez CLAAS Tractor.

Pour rester en piste, l’entreprise a également agrandi la piste de son Centre d’essais. 650 K€ d’investissements ont ainsi été réalisés en 2016 pour réaliser de nouveaux essais fiabilité et être par ailleurs en mesure de répondre aux nouvelles règles d’homologation des tracteurs (Mother Regulation).

 

On entend beaucoup parler du concept d’usine du futur : est-ce que cela concerne le site manceau, et si oui sous quelle forme ?

Le développement continu de la complexité en production (cohabitation de tracteurs de nouvelles et anciennes générations, extension de la gamme, complexité intrinsèque au produit et à son offre adaptée au besoin des clients, personnalisation des produits, etc) se heurte au besoin de flexibilité indispensable pour répondre au besoin du marché en coût, qualité et délai.

Le process d’assemblage des tracteurs est basé sur le savoir-faire des hommes et femmes de l’entreprise ; robotiser la production n’est pas envisageable chez nous du fait du fort taux de personnalisation des produits. Les outils digitaux (interfaces numériques) vont nous permettre d’apporter le support et l’aide nécessaire aux opérateurs pour assurer nos objectifs coûts qualité et délai, et faire face à la complexité dans des conditions de travail améliorées (ergonomie).

2,6 M€ ont été validés par la famille CLAAS pour mettre en place en 2017 le concept d’usine du futur chez CLAAS Tractor sur un 1er tronçon de la chaine d’assemblage.

Ce concept sera étendu à l’ensemble de la chaine de production par étapes. Le montant final n’est pas encore acté, de même que le rythme d’investissement – 3 étapes minimum incluant la phase concept, peut-être 4 ou 5 étapes selon l’évolution du marché et notre capacité à investir. Une échéance est programmée en mai avec la famille Claas. Nous sollicitons actuellement des soutiens régionaux, nationaux et/ou européens pour nous accompagner dans nos projets.

Le souhait du groupe est de faire de son usine du Mans, le centre d’excellence du tracteur, plateforme qui accompagne déjà et accompagnera demain encore plus et mieux le développement international du Groupe (Marché Asie (Chine), Europe de l’Est, Amérique du Nord).

 

Publié le 07 février 2017

Notre site utilise des cookies afin de nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En cliquant sur le bouton "J'accepte" ou en poursuivant la visite vous acceptez l'utilisation de ces cookies

Consultez notre politique de confidentialité pour plus de détails.